Le Salon Produrable, une rencontre majeure pour les professionnels du Développement Durable et de la RSE.

Le salon PRODURABLE s‘est tenu à paris les 23 et 24 mars dernier. Divers items tels que les meilleures pratiques pour un développement stratégique durable, les solutions RSE (Responsabilité Sociale de l’Entreprise), la nouvelle norme ISO 26000, ont été abordés par plusieurs experts de l’économie durable.

Voici un compte rendu, vous présentant les points majeurs abordés lors du salon :

1. Le développement durable

 Le développement durable est devenu un concept que chacun s’approprie en fonction de ses intérêts, voire en l’instrumentalisant.
L’erreur la plus courante est de sous-estimer ce concept reconnu au niveau international depuis 1987. Le développement durable d’une organisation, trouve aujourd’hui sa place dans notre société et devient au niveau micro-économique le développement des entreprises socialement responsables, dont les principaux objectifs sont :
F L’équité sociale, la préservation de l’environnement et l’efficacité économique.
Ces trois objectifs sont identifiés dans un triptyque connu, les 3P :
PEOPLE / PLANET / PROFIT

Lors du salon, plusieurs débats sur les enjeux du développement durable, ont montré l’importance de ce concept au sein des entreprises. Celui-ci ne doit pas être considéré comme une contrainte mais véritablement comme une opportunité pour l’organisation.

Points clés à retenir
• Il n’y a pas « 1 » modèle de développement stratégique durable mais plusieurs modèles.
• Le modèle dépend véritablement de l’environnement de l’organisation.
• Pour un projet pertinent : il est important de corréler les données de plusieurs domaines (transversalité des métiers, économie, qualité, infrastructures, risques, etc.)
 Le Développement Durable se pose véritablement comme une opportunité pour l’organisation d’innover son pilotage et ses processus autour d’une stratégie globale durable.

2.  La Responsabilité Sociale de l’Entreprise (RSE)

« Le poisson pourrit par la tête » dit le proverbe chinois. En effet, il est nécessaire que le dirigeant d’une organisation ainsi que les responsables à quelque niveau que ce soit, soient exemplaires. Cette exemplarité doit être au cœur de l’équité sociale et constitue le fondement de la confiance des salariés dans leurs hiérarchies.

 Invoquer et promouvoir une fonction étique au travers d’une Responsabilité Sociale de l’Entreprises offre divers bénéfices aux organisations :CR Produrable LFE AFA fig 1

 Avec les diverses obligations que pose le Grenelle II de l’environnement, dont les organisations attendent impatiemment le décret d’application, lors du salon PRODURABLE plusieurs outils ont été mis en évidence pour aider les entreprises à s’engager dans une démarche de responsabilité sociale :
- Les codes de conduite, les bonnes pratiques,
- Les labels environnementaux et sociaux (ISO 14000, ISO 26000, etc.),
- Les pratiques éthiques d’investissement (investissements responsables, solidaires, etc.)

3.  Nouvelle norme internationale ISO 26000 :

Publiée depuis le 1 novembre 2010[, cette norme internationale relative à la responsabilité sociétale, apporte aux organisations de tous types et de tous secteurs, les meilleures pratiques de responsabilité sociétales dans le monde. L’ISO 26000 définit la responsabilité sociétale comme étant le fait d’assumer ses impacts sur la société et sur l’environnement.

 

CR Produrable LFE AFA fig 2

 

Quels avantages peut-on retirer dans la mise en œuvre de l’ISO 26000 ?

La réalité et la perception des performances d’une organisation en matière de responsabilité sociétale peuvent avoir une incidence sur :

  1. Ses avantages concurrentiels,
  2. Sa réputation,
  3. Sa capacité à attirer et à retenir ses salariés, ses clients ou ses membres,
  4. La vision des investisseurs, des propriétaires, des sponsors.
  5. Ses relations avec les entreprises, les pouvoirs publiques, les médias, les fournisseurs, les clients au sein de laquelle elle intervient.

Pour conclure, aujourd’hui les organisations sont véritablement lancées dans une nouvelle ère de développement stratégique, intégrant de nouveaux enjeux qui doivent non pas, être considérés comme des contraintes mais véritablement comme des opportunités.

Le développement durable  constitue aujourd’hui un défi, mais aussi un atout, un levier de croissance, de motivation interne et d’innovation pour une entreprise.

Laëtitia FERNANDEZ

Cet article a été publié dans Actualités. Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • Mots-clefs

  • Archives